Notre communication est notre continuation.

Tous les humains et tous les animaux communiquent. Quand nous parlons de communication, nous avons l’habitude de penser aux mots que nous prononçons ou que nous écrivons, mais notre langage corporel, nos expressions du visage, le ton de notre voix, nos actions physiques et même nos pensées sont tous également des moyens de communiquer.

 

Tout comme un oranger peut produire de belles feuilles, fleurs et oranges, un bel être humain peut produire de belles pensées, paroles et actions. Notre communication avec les autres n’est jamais neutre. Chaque fois que nous communiquons, nous produisons soit plus de compassion, d’amour et d’harmonie, soit plus de souffrance et de violence.

 

Notre communication est ce que nous émettons dans le monde et ce qui reste après que nous l’y avons laissée. Ainsi, notre communication est notre karma. Le terme sanskrit karma signifie « action » et se réfère non seulement à nos actions corporelles, mais aussi à ce que nous exprimons à travers notre corps, nos paroles, nos pensées et nos intentions.

 

Tout au long de la journée, nous produisons de l’énergie à travers nos pensées, nos paroles et nos actions. Nous ne cessons de communiquer, que ce soit avec nous-mêmes ou avec les autres. Nos pensées, nos paroles et nos actions physiques sont des manifestations de nous-mêmes. Vous « êtes » votre action. Vous êtes ce que vous faîtes, non seulement ce que vous faites avec votre corps, mais aussi avec vos paroles et votre esprit. Le karma est la triple action formulée par notre esprit, notre bouche et notre corps.

 

Penser, c’est déjà agir. Même si vous ne voyez pas la manifestation de votre pensée, elle est là, en tant que puissante énergie. Les pensées peuvent vous pousser à dire ou à faire des choses destructrices ou au contraire à créer beaucoup d’amour. Toutes les pensées portent leurs fruits ; certaines, immédiatement ; d’autres, plus tard. Quand vous produisez une pensée de haine, de colère ou de désespoir, c’est un poison qui porte atteinte à votre corps et à votre esprit. Une pensée de haine ou de colère peut vous pousser à nuire aux autres. Si vous accomplissez un acte violent, cela signifie que vous avez produit des pensées de haine, de colère, et le désir irrépressible de punir. Une pensée est donc déjà une action. Vous n’avez pas à dire ou faire quoi que ce soit pour agir. Produire une pensée, c’est produire une action. Quand vous engendrez une pensée pleine de compréhension, de pardon et de compassion, elle a un effet guérisseur immédiat sur votre santé physique et mentale ainsi que sur celle de votre entourage. En revanche, si vous avez une pensée pleine de jugement et de colère, elle empoisonne immédiatement votre corps et votre esprit et nuit à tous ceux qui vous entoure.

 

Penser est la première forme d’action, parce que nos pensées sont la base de notre impact sur le monde. Nos paroles aussi ont un effet considérable. Lorsque nous sommes en mesure de parler et d’écrire avec compassion et compréhension, nous nous sentons merveilleusement bien dans notre corps et notre esprit. Nous ne parlons pas seulement avec compassion pour que notre interlocuteur se sente mieux, non, nos propos compatissants ont aussi un pouvoir guérisseur sur nous-mêmes ! Après avoir prononcé des paroles agréables, qui traduisent la bienveillance, le pardon et la compassion, vous vous sentez beaucoup mieux.

Quand vous écrivez des mots pleins de compassion et de pardon, vous vous sentez plus libre, avant même que le destinataire ne les lise. Avant même d’avoir envoyé la lettre, l’e-mail ou le SMS, vous vous sentez mieux. Celui qui lira ce que vous avez écrit ressentira votre compassion. En revanche, si vous parlez avec colère et violence, si vos paroles viennent de votre désir de punir, vous ne ferez qu’ajouter à vos propres souffrances et à celles de la personne à qui vous vous adressez. Pensez à un enfant qui entend ses parents se quereller. Bien que ces paroles ne s’adressent pas à lui, leur effet est du pareil au même. La parole, deuxième forme d’action, peut guérir et libérer, ou au contraire engendrer la destruction et la douleur.

 

La troisième forme d’action est l’action physique. Nous communiquons par notre langage corporel (poings serrés, bras grands ouverts), mais aussi au travers de nos actions au sens large (y compris ce à quoi nous décidons d’employer notre énergie, ce que nous faisons de notre journée et comment nous traitons les autres). Si vous êtes capable d’agir pour sauver, soutenir, protéger, réconforter, secourir ou prendre soin de quelqu’un ou de quelque chose, les effets positifs de cette action se manifesteront immédiatement.

 

Toute communication porte notre signature.

 

Tout ce que nous disons et disons porte notre signature. Nous ne pouvons pas dire : « Ce n’est pas ma pensée. » Nous sommes responsables de notre communication. Si hier, j’ai dit quelque chose qui était inexact, je dois, aujourd’hui, agir pour transformer mon action de la veille. Le philosophe Jean-Paul Sartre a dit : « L’homme est la somme de ses actes. » La valeur de notre vie dépend de la qualité de nos pensées, de nos paroles et de nos actions.

 

Nous voulons offrir les meilleures pensées, les meilleures paroles et les meilleurs actes corporels, parce que nos actions sont notre continuation. Quand nous pensons, parlons, agissons, nous créons et nous sommes nos créations. Elles sont notre continuation. Ce que nous aurons communiqué ne sera pas perdu lorsque notre corps physique ne sera plus là. L’effet de nos pensées, paroles et actions continuera à se répercuter dans le cosmos, telles les ondulations de la rivière dans laquelle nous avons jeté un caillou. Que votre corps soit toujours là ou se soit désintégré, vos actions continuent.

 

Quand vous produisez une pensée, cette dernière porte votre signature. C’est vous qui avez produit cette pensée et vous en êtes responsables. Si c’est une pensée compatissante, non discriminatoire et bienveillante, vous continuerez dans la beauté, parce que vous êtes elle, vous en êtes l’auteur. Vos paroles et vos actes physiques, qu’ils soient compatissants ou violents, portent eux aussi votre signature.

 

Nous sommes comme le nuage qui produit de la pluie. À travers la pluie, le nuage continue à avoir un impact sur les cultures, les arbres et les rivières, même après avoir cessé de flotter dans les airs. De même, tout ce que nous produisons en termes de pensées, paroles et actions continue, même après la désintégration de notre corps. Le nuage est présent dans le champ de blé et dans la rivière. Et lorsque notre corps se désintégrera, nos paroles, pensées et actions physiques continueront à avoir un impact sur le monde. Nos pensées, paroles et actions sont notre continuation réelle.

 

D’après cette pratique, il est possible de continuer en beauté dans le futur. Imaginez un compte en banque quelque part, dans lequel nous déposons chacune de nos paroles, pensées et actions. Le compte en banque existe, bien qu’il ne se trouve dans aucun lieu particulier. Rien ne se perd jamais.

 

Thich Nhat Hanh, L’art de communiquer en pleine conscience.