Yoga sūtra

Compilés entre 200 av. et 500 ap. J.-C., les yoga sūtra de Patañjali sont la source de la philosophie du yoga, l'art et la science dont le cœur est l'ashtanga yoga. Un chemin en 8 étapes qui s'entrelacent comme les branches d'un arbre, formant un recueil de propositions pour mieux vivre, développer la conscience du corps et de l'esprit, la paix et la réalisation du soi.

1. Yama

2. Niyama


Yama et Niyama sont les deux premières étapes. Des conseils sociaux, moraux et éthiques pratiqués à tous les niveaux (pensées, mots, actions) qui aident au développement personnel et à tendre vers plus d'harmonie, intérieure et extérieure, avec tout le monde et toute chose. Un recueil d'aides précieuses pour mener une vie consciente, honnête et éthique.

ahiṃsāsatyāsteyabrahmacaryāparigrahā yamāḥ (II.30)

Les yama sont la non-violence, la vérité,

le désintéressement, la modération, le contentement

(refus des possessions inutiles).

saucasaṃtoṣatapaḥsvādhyāyeśvarapraṇidhānāni niyamāḥ (II.32)

Être au clair dans ses pensées et actes (propreté, honnêteté), sans désirer autre chose (contentement), pratiquer avec ardeur, apprendre à se connaître (étude de soi) et agir dans le mouvement de la vie (dévotion au Tout).


3. Asana

sthirasukham āsana (II.46)

"Être fermement établi dans un espace heureux."

Gérard Blitz

 

Āsana signifie s'asseoir dans une position stable et confortable. S’installer dans l’effort, développer l'équilibre entre l’être et le faire. Debout sur un pied, arqué en arrière, penché en avant ou en torsion, l'intention est toujours de prendre racine dans le domaine de l’être.


Les pré-requis à la paix de l'esprit est la posture. Yoga asana est pratiqué pour développer une posture stable, la santé et la légèreté dans le corps. Toutes les asana ont pour but de calmer l'esprit, indirectement ou directement. La plupart d'entre elles ont été créés pour développer différentes parties du corps et la force nécessaire au disciplines physiques plus avancées, reconditionner le système, corps et esprit, développer le système nerveux et hormonal.

 

L'endurance est essentielle dans le travail des asana, et la régularité une nécessité absolue. Si les fondations d'une structure ne sont pas correctement établies, elle s'effondre. Le Yoga est l'expérience de l'interdépendance de toute vie et toute chose.

Vous ressentez la paix grâce au réalignement naturel de votre corps, de votre perception de la vie et de vous-même.

La pratique du yoga est une exploration du corps. Il existe de multiples interprétations de chaque posture.

Savourez votre pratique et cherchez votre "meilleure" interprétation de chaque posture. Trouvez ce qui fonctionne pour vous. Découvrez les clés qui vous permettront d'ouvrir de nouvelles portes dans votre pratique du yoga.

Ray Long, Yoga Anatomie.

4. Pranayama

tasmin sati śvāsapraśvāsayor gativicchedaḥ prāṇāyāmaḥ (II.49) 

Ceci étant accompli, on expérimente le pranayama qui est l'arrêt des perturbations de la respiration.

 

Pranayama signifie expansion (ayama) de l'énergie vitale (prana). La pratique redonne à la respiration un rythme naturel tout en fluidifiant sa circulation à travers le corps. Prenons conscience de notre souffle pour plus de sérénité, sur le tapis et en dehors.

 

Prends conscience de l'air qui entre dans les narines... l'arrière gorge, la trachée, les poumons... A l'inspire, le ventre s'élève... A l'expire, il se relâche. Observe les mouvements... le rythme du souffle qui est en toi. Profondément... lentement...


La respiration est le pont qui connecte la vie à la conscience, qui unifie votre corps à vos pensées.

Thich Nhat Hanh 

5. Pratyahara

svaviṣayāsaṃprayoge cittasvarūpānukāra ivendriyāṇāṃ pratyāhāraḥ (II.54)

Quand le mental n'est plus identifié avec son champ d'expérience,

il y a comme une réorientation des sens vers le Soi.

 

Dans la vie quotidienne, notre attention est souvent happée par ce qui nous entoure. En portant notre regard vers l'intérieur, nous faisons en sorte que le mental ne soit plus identifié à cette vie extériorisée. Alors, nous sommes libres et en contact avec notre Soi.


6. Dharana

deśabandhaścittasya dhāraṇā (III.1)

Dharana est la relation d'attention du mental

à un secteur déterminé.

 

Observer les sensations, la respiration, les mouvements

et l'immobilité, à l'intérieur comme à l'extérieur. La concentration est l'action volontaire de porter son activité mentale sur un objet afin d'élargir notre expérience.

7. Dhyāna

tatra pratyaya-ikatānatā dhyānam (III.2)

Dhyāna est le fait de maintenir une attention exclusive

sur un seul point.

 

L'état de méditation, de conscience profonde où la relation entre le sujet et l'objet devient imperceptible, où l'effort de concentration disparaît. C'est le flux ininterrompu

du mental vers son objet, avec aisance.


8. Samadhi

tada evā artha mātra nirbhāsaṃ svarūpa shūnyam iva samādhih (III.3)

Quand la conscience est en relation avec cela même qui n'a pas de forme, c'est le samadhi.

 

Lorsque la conscience traverse le mental pour se fondre en l'objet, alors elle rejoint l'infini, l'absolu.

C'est le samadhi, l'état d'unité.